Religion et croyances

Si  la société civile française et en particulier rurale était imprégnée de la foi et de la culture chrétienne, il n’en était pas de même dans la société militaire, malgré une forte tradition de valeurs catholiques, où tout prosélytisme était banni et les signes ou insignes d’appartenances religieuses ostensibles  proscrits car considérés comme contraires au devoir de neutralité du soldat dans la république.
Mais il n’était pas interdit au soldat de porter sur lui des objets affirmant ses convictions religieuses ou des croyances ésotériques dans la mesure où ils restaient discrets. Outre les médailles les «vierges de poilus» qui pouvaient être des Ste Vierge, Ste Thérèse, St Aintoine, Jésus, St Georges, St Joseph ou autre, étaient des sujets en étain de petites tailles (2 à 3 cm) insérés dans des tubes ou étuis en métal blanc ou en buis. Souvent cousus à l'intérieur des ourlets de capotes ou vareuses et portés en permanence ces objets de piété appellant à une protection divine, également  considérés comme porteurs de chance furent extrêmement courants durant toute la guerre parmi les soldats.

Les briquets furent l’occasion de retranscriptions des inspirations religieuses ou philosophiques de leur possesseurs, évoquées quelquefois de manière symbolique ou détournée, que ce soit en couverture ou à l’intérieur.

La foi chrétienne et les briquets d’aumôniers

La croix est très fréquemment représentée ;  l’histoire populaire voudrait que le terme missel soit associé aux briquets porteurs de la croix (et ensuite par extension à tous les briquets en forme de livre) lesquels étaient offerts par les soldats aux aumôniers militaires. Cependant il n’y a pas de traces officielles de telles pratiques, par ailleurs non évoquées dans la littérature des tranchées pourtant abondante. Mais les termes «missels» et «briquets d’aumôniers» sont restés.

.

 

 

  La représentation du ciboire est aussi à mettre au compte de la foi chrétienne

 

 

 

On trouve également en très grand nombre la croix de Lorraine. Celle- ci a une double signification, religieuse car la barre supérieure supplémentaire est la représentation exagérée du « titulum » INRI de la croix christique, et politique puisque c’est aussi le symbole de la Lorraine et donc de la reconquête des « provinces perdues » et cette forme patriotique fréquemment associée au chardon ne pouvait qu’être favorablement accueillie par tous, y compris par la hiérarchie militaire.

Trés joli briquet en acier avec croix bleue en email cloisonné sur...

Trés joli briquet en acier avec croix bleue en email cloisonné sur laquelle a été rajoutée une petite médaille en or de Jeanne d'Arc.

 

D’autres références religieuses plus militantes font figurer en particulier le «Sacré cœur de Jésus » prôné par un mouvement catholique traditionnaliste auquel les autorités militaires et civiles  se sont opposées.

On retrouve des signes symbolisant le « Saint Esprit » sous forme d’une...

On retrouve des signes symbolisant le « Saint Esprit » sous forme d’une colombe ou d’une main laurée

La médaille est en or.

La médaille est en or.

Les porteurs de chance et de bonheur

Les objets faisant appel à la protection divine côtoyaient des approches plus païennes censées elles aussi protéger le soldat. Une symbolique très usitée à l’époque et oubliée pour une grande part depuis.

Le chiffre 13, le gui, le canon de 75. Ces trois symboles souvent...

Le chiffre 13, le gui, le canon de 75. Ces trois symboles souvent associés

 Le cœur le carreau et le trèfle des jeux de cartes (jamais le...

 Le cœur le carreau et le trèfle des jeux de cartes (jamais le pique, sauf chez les Tommies)

Les obus du canon de 75 plus simples à représenter que le canon lui-même...

Les obus du canon de 75 plus simples à représenter que le canon lui-même, associé à un coeur.

Le serpent issu de la symbolique africaine, principe de vie et...

Le serpent issu de la symbolique africaine, principe de vie et protecteur de santé également repris sur les caducées.
Systématique sur les cannes dites de poilus, rares sur les briquets.
On remarquera la feuille de canabis, preuve que les poilus ne fumaient pas tous que du tabac !

Le trèfle à 4 feuilles, peut- être le plus fréquemment représenté :

 

Et même 1 trèfle à 3 feuilles !!

Les signes maçonniques


Au même titre que les symboles religieux, les signes d’appartenance aux ordres maçons devaient être discrets, rejoignant ainsi ceux de la société civile. Les évocations sur les briquets sont détournées ou allusives et lorsqu’il s’agit de médailles le rapport à la maçonnerie est seulement évoqué à l’intérieur d’un graphisme ou d’une gravure plus générale


 

L'étoile de David à 6 branches est un symbole très important tant des rites maçoniques que du judaïsme.

Gravures ou motifs soudés évoquant les outils maçons.

 

Médailles soudées d’appartenance à une loge :