Caricatures et Patriotisme

Durant toute la guerre propagande, bourrage de crâne, encouragements belliqueux patriotiques et nationalistes, connaissent un développement considérable au travers des journaux, gazettes, cartes postales, affiches, médailles et cartelettes distribuées ou vendues dans le cadre des multiples  « Journées », discours politiques ou militaires. Ces manifestations spécifiques à l’arrière atteignaient bien entendu les tranchées mais la traduction qui en fut faite sera amoindrie. Le poilu était patriote et le restera jusqu’au bout mais n’était pas aussi belliqueux que l’arrière tant il connaissait les réalités atroces du terrain qu’il savait d’ailleurs partagées par l’ennemi.

On en voulait à la guerre, aux chefs incapables responsables des morts inutiles mais on ne remettait pas en cause le principe d’une nécéssaire victoire contre l’agresseur et l’obligation quasiment sacrée de reconquérir les « provinces perdues ». L’acceptation du sacrifice nécéssaire à la sauvegarde du pays, du drapeau, le secours des compagnons d’arme ressort clairement des écrits des poilus. Même au plus fort des mécontentements exprimés en 1917 ce ne fut pas la nécessité de la guerre qui fut remise en cause mais essentiellement les stratégies ineptes d’un commandement passéiste entraînant des milliers de morts pour rien si ce n’est la gloire mesquine d’un communiqué au profit de tel ou tel officier supérieur et aussi l’absence de considération pour la vie du soldat de base par des états-majors lointains.

Les témoignages qui en restent sur les briquets sont divers. Peu sont sanguinaires, la plupart sont des appels à la reconnaissance du statut de poilu en tant que personne ou des manifestations de patriotisme au travers de symboles matériels ou historiques.

La guerre contre l’Allemagne était acquise comme une nécessité....

La guerre contre l’Allemagne était acquise comme une nécessité.

Le Kronprinz dont le visage portait à la caricature fut un sujet très...

Le Kronprinz dont le visage portait à la caricature fut un sujet très souvent repris

Rares sont les appels à la mort du boche opposé au vaillant soldat...

Ce briquet est bien connu des collectionneurs car il figure à...

Ce briquet est bien connu des collectionneurs car il figure à la page 167 du livre de P. Warin "Artisanat de tranchée et briquets de poilus" et faisait partie de sa collection . Un squelette revêtu de l’uniforme allemand et fumant une pipe démesurée pilonne avec un énorme canon de 420 une ville dont on ne distingue plus que les ruines. Un bandeau ironique indique « La civilisation passe »
Je remercie tout particulièrement Christophe Blanc pour s’être dessaisi de ce briquet unique. Allez voir son site : « Les briquets de poilus en Aveyron » , il vaut le détour.

Rares sont les appels à la mort du boche opposé au vaillant soldat...

Rares sont les appels à la mort du boche opposé au vaillant soldat français.

La fierté de combattre vaillamment ressort de la représentation fréquente de la croix de guerre, médaille nouvelle crée en 1915

Par contre certaines parties de leur équipement dont le casque et la baïonnette  faisaient leur fierté ainsi que le canon de 75 emblématique de la supériorité française.

Le terme « poilu » n’était pas d’usage courant chez les soldats qui y avait vu au départ une connotation péjorative.

Les soldats se représentaient eux-mêmes ou leur camarades sous forme de portraits et au naturel sans glorification particulière.

 

De nombreuses médailles issues de « journées » se retrouvent soudées sur les briquets.

Les médailles des « journées » glorifiant le soldat ont été fréquemment utilisées pour orner les briquets.

Pour l’armée française

Pour l’armée française

Hommage aux vaillants défenseurs de la France

Hommage aux vaillants défenseurs de la France

« En avant »

« En avant »

Rappel de la devise de Verdun « On ne passe pas » et de la défense...

Rappel de la devise de Verdun « On ne passe pas » et de la défense héroïque dans le village de Fleury sous Douaumont, entièrement détruit après avoir été pris et repris 16 fois en 2 mois, sacré après l’armistice village « Mort pour la France » ; ainsi que la bataille autour du fort de Thiaumont lui aussi totalement détruit

Le coq perché sur un casque à pointe et un aigle vaincu commémore la...

Le coq perché sur un casque à pointe et un aigle vaincu commémore la bataille de la Marne .Ce thème a été repris sur affiches, cartes postales, gravures et médailles à l’arrière.
 

 

Au titre des symboles patriotiques figure en bonne place le coq Gaulois...

Au titre des symboles patriotiques figure en bonne place le coq Gaulois dont les représentations sont très diverses.

 Il y eu également dans le cadre des « journées «  de nombreuses médailles reprises sur les briquets consacrées aux orphelins, aux blessé, aux veuves …

Célébration de la bataille de la Marne dans le cadre d’une « journée » et  «honneur aux Serbes» dans une autre journée.

Médaille très connue signée Lalique au bénéfice de l’Orphelinat des Armées.

On doit également inclure dans les symboles patriotiques les grands personnages fondateurs de l’histoire nationale et dont la vie était montrée en exemple : tels que  

Lafayette

Lafayette

Jeanne d’Arc

Jeanne d’Arc

Napoléon 1er

Napoléon 1er

 

Vercingétorix

Vercingétorix

Mais aussi les grands hommes de la guerre dont certains font l’objet d’un véritable culte.

Gallieni

Gallieni

Joffre

Joffre

Foch

Foch

Wilson

Wilson

Tous ces briquets revendiquent une guerre nécessaire et juste contre la barbarie et l’injustice Allemande et pour le droit.