Matières et Techniques

A peu près tout ce qui restait abandonné sur le terrain pouvait être utilisé par les poilus coté Alliés.


Le bricolage en deuxième ou troisième ligne étant une façon utiles de passer le temps, il n’y a pas eu une famille française qui n’a pas eu son souvenir des tranchées contrairement au côté allemand, car il y avait pour ce dernier une interdiction de ramassage de tout métal, puisque tout était récupéré et retourné à l’arrière pour y être recyclé dans le cadre d’une économie de guerre rigoureusement organisée.


Le laiton de douille, les ceintures d’obus en cuivre, l’aluminium des épaves de dirigeables et d’avions, des têtes d’obus allemand Dopp, ont constitué la matière première la plus importante de l’artisanat des tranchées et tout particulièrement au niveau des briquets.

On trouve également les pièces de monnaies, considérées comme des portes bonheur ou souvenirs d’amitié entre soldats alliés, ce qui explique qu’on en voit beaucoup sans oublier les prises de guerre sur les prisonniers ou cadavres allemands. La plupart sont en cuivre ou en laiton, mais certains briquets portent des pièces en argent ou plus rarement en or.

 

 Pieces en cuivre française, pièce anglaise en argent, or française et deux en argent US.

Le bilan ne serait pas complet sans évoquer l’élément fondamental de liaison des différentes pièces constitutives du briquet : l’étain, récupéré sur les boutons d’uniformes, les boites de conserves, sur les objets domestiques trouvés dans les ruines des maisons ou villages détruits. Le plomb, contrairement à ce que l’on pourrait croire, n’a pas ou très peu été utilisé pour les soudures, bien que plus facile à obtenir car son point de fusion (327°) est plus haut que celui de l’étain (231°) et donc, moins facile à manipuler. La simple flamme d’une bougie ou d’un autre briquet permet en effet de fondre l’étain et donc de souder.

Les gravures, mentions, dates, lieux, pays, noms ou initiales sur les faces des briquets, peuvent avoir été faites au poinçon, à la pointe sèche, au couteau, quand c’était en 2ème ligne ou au repos.

 

 

Mais beaucoup ont été effectuées par des graveurs professionnels à l’arrière, lors des permissions, des convalescences, ou après la guerre, mais dans tous les cas, enregistrent l’histoire et les souvenirs personnels de leur propriétaires.

En témoigne le missel magnifique présenté ici, accompagné dans sa boîte à coulisse du « certificat » explicatif rédigé par son possesseur.

 

 

 

Les différents systèmes d’ouverture :

 

Dans ce domaine, la créativité et l’imagination ont fait des merveilles : à capot amovible ou articulé, à glissière, à tiroir, à bascule, avec ou sans sécurité et même à verrouillage secret...

Briquet à capot : Classique et fréquent

Briquet à capot : Classique et fréquent

Briquet à capot : rare tout acier

Briquet à capot : rare tout acier

Briquet à ouverture par le dos : Classique et fréquent

Briquet à ouverture par le dos : Classique et fréquent

Briquet à ouverture par la tranche : classique et fréquent. Il s’agit d’...

Briquet à ouverture par la tranche : classique et fréquent. Il s’agit d’un briquet à couverture en cuir, signe caractéristique des briquets anglais.

Briquet à système: vérouillage intérieur avec déblocage par petit bouton...

Briquet à système: vérouillage intérieur avec déblocage par petit bouton latéral : Rare !

Briquet à réservoir extractible : rare.

Extraction...

Briquet à réservoir extractible : rare.

Extraction complète du réservoir par le côté.

Briquet à réservoir extractible : rare.(...)

Briquet à réservoir extractible : rare.
Extraction complète du réservoir par le côté.

Extraction complète par le dos

Extraction complète par le dos

Extraction complète par le dos.

Extraction complète par le dos.

Briquet à glissière : rare car fragile, la glissière se retire...

Briquet à glissière : rare car fragile, la glissière se retire totalement.

Briquets à glissières : rares car fragiles, la glissière se retire...

Briquets à glissières : rares car fragiles, la glissière se retire totalement.

Briquet à glissière : rare car fragile, la glissière se retire...

Briquet à glissière : rare car fragile, la glissière se retire totalement. Présence d’un capuchon de mèche, ce qui est extrêment rare sur les briquets-livres.

Briquet à glissière : rare car fragile, la glissière se retire...

Briquet à glissière : rare car fragile, la glissière se retire totalement.

Briquet à dos séparé : rare

Briquet à dos séparé : rare

Briquet à ouverture frontale  : rare et peu pratique. Le briquet...

Briquet à ouverture frontale  : rare et peu pratique. Le briquet propement dit doit être retiré pour être allumé. Peut-être s'agit-t-il au départ d'une boîte à allumettes avec pyrogène (grattoir à la partie inférieure) transformée ?

Briquet à capot sur axe : rare . C'est exactement le principe du Zippo...

Briquet à capot sur axe : rare . C'est exactement le principe du Zippo américain qui ne fut breveté qu'en 1934 !!

Briquet à capot sur axe : rare . C'est exactement le principe du Zippo...

Briquet à capot sur axe : rare . C'est exactement le principe du Zippo américain qui ne fut breveté qu'en 1934 !!

Briquet à ouverture frontale.

Briquet à ouverture frontale.

Réservoir extractible. Molette fixe avec...

Réservoir extractible. Molette fixe avec rechargement en pierre par l'intérieur.

Contrairement aux briquets autres que missels, ces derniers ont été rarement conçus « à double carburation », c’est-à-dire, comportant une mèche à amadou complétant celle à essence au cas où le carburant viendrait à manquer .

Ceci s’explique d’abord parce que la forme même du missel ne se prêtait pas à l’adjonction d’un tube portant la mèche à amadou, mais aussi par le fait que la capacité plus grande du réservoir permettait une autonomie plus importante. L’étanchéité était en outre de meilleure qualité sur un missel couvercle fermé par rapport à un briquet à capuchon extérieur, très souvent perdu, ce qui laissait la mèche dénudée (les collectionneurs savent bien que plus de la moitié, si ce n’est plus des briquets parvenus jusqu’à nous, sont dépourvus de capuchons)
A propos du contenu du briquet, faisons litière du «coton» terme usité courrament, mais techniquement inexact. En réalité, les poilus utilisaient de la laine à matelas cad de la tonte brute servant à constituer les matelas, le coton étant rare, cher et réservé à un usage médical.

Il convient aussi, pour en terminer sur la technique pure, d’évoquer les chapes, plus communément appelées molettes par extension de la partie supérieure mobile (roulette) à l’ensemble du dispositif, constitué d’un tube, de la roulette ou molette, d’un ressort pousse pierre sécurisé par une vis terminale. La fabrication sur le terrain de cette pièce essentielle était très difficile car nécessitant un matériel spécialisé, et la plupart ont été fournis aux soldats par l’arrière.
Cependant on en trouve, dont l’apparence et la technique prouvent manifestement qu’elles sont «handmade».

 

Les différentes ornementations, rajouts, gravures et autres embellissement

 

Briquets industriels REIMS.

Toujours la même décoration avec coins rapportés en filigrammes et nerfs du dos estampés. Ces briquets qui étaient vendus dans la région de Reims et Arras comportaient, la plupart du temps, un médaillon représentant la cathédrale.

Structures identiques, coins «dentelles» identiques, écussons industriels identiques. Fabricant industriel inconnu :

...

 


Briquets industriels à motifs ésotériques.

Issus de la même série que celle de Reims mais avec des motifs rapportés qui n’apparaissent pas avoir de significations précises autres que décoratives.

.


Briquets estampés

Plus rares que les briquets gravés, ils sont d’abord travaillés à plat avant ceintrage et mise en forme, ce qui nécessitait une grande précision dans les côtes et un savoir faire particulier.

2 briquets ayant le même concepteur, structure identique et motifs...

2 briquets ayant le même concepteur, structure identique et motifs estampés à feuilles de chêne comparables.

2 briquets ayant le même concepteur, structure identique et motifs...

2 briquets ayant le même concepteur, structure identique et motifs estampés à feuilles de chêne comparables.

Briquet chargé de symobles : D’un côté la croix de Lorraine et le...

Briquet chargé de symobles : D’un côté la croix de Lorraine et le chardon de l’Alsace. De l’autre, les initiales du propriétaire dans une couronne de feuilles de chêne, symbole de victoire.

 

C’est une ode à la reconquète des provinces perdues en 1870. Les deux faces sont unies sur le dos par la marguerite, symbole de l’amour.

 

Représentation d’un insigne aviation (une étoile tournante entre 2 ailes...

Représentation d’un insigne aviation (une étoile tournante entre 2 ailes déployées) que je n’ai pu identifier.

Briquet à système : dégagement du réseroir central par le bas avec...

Briquet à système : dégagement du réseroir central par le bas avec verrouillage de sécurité. Grande taille 8cm x 5,5 cm

2 fleurs à identifier

2 fleurs à identifier


Briquets avec compléments soudés.

Briquet «colonial» à double cloisonnement. L’étoile et le croissant de...

Briquet «colonial» à double cloisonnement. L’étoile et le croissant de lune sont les attributs des troupes partant ou revenant du front d’Orient.

Briquet avec monogrames en «filets»

Briquet avec monogrames en «filets»

Briquet avec monogrames en «filets»

Briquet avec monogrames en «filets»

Briquet avec monogrames en «filets»

Briquet avec monogrames en «filets»

Briquet avec monogrames en «filets»

Briquet avec monogrames en «filets»

Briquet avec  médaille soudée.

Briquet avec  médaille soudée.

Médaille vendue dans le cadres des "journées". Rare signée Lalique...

Médaille vendue dans le cadres des "journées". Rare signée Lalique

Très belle structure pour ce briquet à 4 métaux : laiton, cuivre pour...

Très belle structure pour ce briquet à 4 métaux : laiton, cuivre pour les tranches, acier et argent.

Les deux pièces en argent sont des 3 marks allemands de 1910 incrustées dans les deux faces du briquet, sans doute des prises de guerre


Briquets gravés.

Voir les chapitres suivants et le dossier spécial « L’art du graveur ».